Graphique 2: Prévalence des escarres contractées à l'hôpital pour tous les degrés (2 à 4)

(résidus et intervalle de confiance de 95 %)

Commentaire ANQ sur la comparaison présentée (Graphique 2)

Comme décrit dans la littérature spécialisée, il est très difficile d'établir le diagnostic d’escarres de degré 1. C'est pourquoi les escarres de degré 1 acquises à l’hôpital font l’objet d’une analyse distincte. Le graphique montre que la majorité des lignes verticales (intervalles de confiance) coupent la ligne zéro. A partir de ces résultats, on peut donc en déduire que la majorité des hôpitaux ne se distinguent pas de l'ensemble des hôpitaux et qu'un seul hôpital s’en distingue de façon importante (significative). (Voir également les explications générales concernant les graphiques)